La démocratie au Parlement des enfants, écoutons leur voix!

English version here

Sonia Colasse, The Adventures of Enzo, Global Education MagazineSonia Colasse

Children Bilingual Manager and author the children bilingual book: “The Adventures of Enzo”

e-mail: soloinfinity.ws@gmail.com / website: www.soloinfinty.com/enzo

.

Nous sommes en début d’année scolaire, les enfants rentrent les uns après les autres dans leur salle de classe.

La lumière éblouie le tableau noir, sa chaleur réchauffe les tables de bureau, chaque enfant prend place près de son voisin, le silence se fait et enfin l’instituteur rentre à son tour en fermant la porte.

Les enfants savent très bien qu’à partir de maintenant, ils vont apprendre à lire, à écrire, à compter, à connaitre l’histoire, découvrir la géographie et tant d’autres.

Mais savent-ils qu’ils vont aussi apprendre à être égaux, que chaque enfant ou individu on le droit à la parole et à être respecté?

Taureau Ecriture, Global Education Magazine

Petit a petit le mot “Démocratie” apparait sur les cahiers. Les enfants questionnent, car ce n’est pas un mot commun à leur jeune âge et pourtant!

Ne sont-ils pas les adultes de demain?

La Démocratie: le pouvoir, l’autorité exercée par le peuple. C’est aussi le respect, le dialogue et la considération. Nous la retrouvons dans l’éducation, la culture, la communication, l’interculturel, la paix et la non-violence, l’environnement, la solidarité, le développement économique et dans le développement humain.

Une voix s’élève, celle de l’adulte autorisant chaque enfant à se poser les bonnes questions.

Après avoir écouté et compris l’importance de:

– Vous avez le droit de dire comment vous envisagez vos espoirs, vos attentes, votre vie, votre communauté et votre pays.

– Chaque enfant prend sa plume, écrit de ça plus belle écriture sur la page blanche, remplissent les pages vides et commence à faire savoir:

– Je veux une tolérance politique

– Nous devons renforcer la démocratie

– Nous voulons la paix

– L’amour pour tous

– Nous devons tous parler à voix haute et claire avec conviction.

– Nous devons promouvoir et préserver la dignité et les droits de l’individu.

– Nous voulons plus d’armes

– Plus de famine

– Nous devons assurer les cohésions et la justice sociale

– Nous devons favoriser le développement économique et social.

– Nous devons garantir la stabilité et le bien-être de la société…

– Est-ce que notre voix est bien entendue? Une question d’enfants de classe de CM2.

– Faites entendre votre voix pour qu’elle porte jusqu’au gouvernement et plus loin encore…Réponse de leur instituteur.

Une initiative unique en son genre, le parlement mondial des enfants peut être entendu. Parfois ils arrivent que les personnes gouvernementales aient tellement écouté qu’ils adoptent le parlement des enfants.

Enzo-Taureau Démocratie, Global Education Magazine

 C’est ainsi qu’en France, nous découvrons le premier Parlement des enfants en 1994, suivi de 1996 avec la première proposition de loi de l’école Louis Pasteur de Limeil-Brévannes sur le maintien des fratries en cas de séparation des parents. Elle devient la loi du 30 décembre 1996 (reprise par un député du Val-de-Marne, Mr Roger-Gérard Schwartzenberg). Les enfants deviennent députés à l’âge de 10 ans.

Mais ce n’est pas tout, le Parlement des enfants faits parler de lui en 1997 en adoptant une proposition de l’école Saint Martin de Tours sur les droits des orphelins d’assister au conseil de famille. C’est le drame vécu par la jeune Armelle, qui a perdu son père lors d’un accident de la route et dont la mère est devenue invalide à la suite d’un second accident, qui a poussé les jeunes élèves tourangeaux à s’intéresser à ce sujet. Elle devient la loi du 14 mai 1998.

Et puis en 1998: le Parlement des Enfants adopte la proposition de loi de L’école Saint-Exupéry de Sarcelles souhaitant interdire l’achat de fournitures fabriquées par des enfants dans des pays où les droits de l’enfant ne sont pas respectés par les établissements scolaires et les collectivités locales. Elle sera adoptée par l’Assemblée nationale le 19 novembre 1998.

Et si nous traversons les océans, les mers nous pouvons aussi lire en Inde, le Parlement des enfants, ou Le Collège de Thonnakutta Alli n’avait pas l’infrastructure d’eau potable pour ses étudiants. Les enfants devaient marcher un kilomètre avant d’arriver devant un verre d’eau avant que le Quartier de Barathiar, le parlement de ce village décide de prendre des initiatives pour résoudre ce problème rencontré par tous les enfants.

Ou au Mali; il faut garder l’école propre, c’est une priorité. «Tous les vendredis à 17: les élèves nettoie notre école, y compris les toilettes.» Le ministre de la Discrimination, Safoura Sao, 10 ans ajoutent qu’elle a été particulièrement préoccupée par la façon dont les garçons traitent les filles. «Si un garçon bat une fille, la fille viendra me le dire et je ferai un rapport au Conseil de l’école et aux parents pour les informer».

Retour dans nos îles polynésiennes.

Le 18e Parlement des enfants a adopté le 10 juin 2013 une proposition de loi visant à prévenir les faits de violence et de discrimination au sein des établissements scolaires et à aider les élèves qui en sont victimes, présentée par une classe polynésienne. «Je suis fier de représenter mon territoire, mon île, ma classe, qui m’ont choisi pour présenter cette proposition de loi», a déclaré Laurent d’un ton solennel. «La proposition de loi de ma classe traite de la violence scolaire, un sujet universel. Aujourd’hui plus que jamais, il s’agit d’un sujet d’actualité. En Polynésie française, nous sommes au coeur du problème. De plus en plus de violences en tout genre dans les collèges et les lycées mettent les élèves et les professeurs en difficulté. Certains peuvent en souffrir. Ils s’enferment dans leur silence, voire mettent fin à leur vie» a-t-il précisé avec gravité.

Et c’est parce que nous ne voulons plus parler de graviter, que nous devons écouter nos enfants parler!

On entend la sonnerie retentir, les enfants souriant disent au revoir à leur instituteur. Demain, un nouveau jour se lèvera avec pour chacun une réponse aux questions posées et pourront avec fierté dire:

– N’oublions pas ces trois mots qui font de notre démocratie une force:

Liberté, égalité et fraternité.

Sonia Colasse

This article was published on September 15th: International Day of Democracy, in Global Education Magazine.

Supported by


Edited by:

Enjoy Our Newsletters!

navegacion-segura-google navegacion-segura-mcafee-siteadvisor navegacion-segura-norton